Università telematica internazionale UNINETTUNO

Conservation et Valorisation des Biens Culturels

Objectifs spécifiques du cours et description du parcours de formation

Le Cours de Licence Triennale en Conservation et Valorisation des Biens Culturels propose un parcours de formation visant à répondre au besoin, de plus en plus perçu au niveau national et international, de profils professionnels qui procèdent selon une prospective moderne de tutelle, conservation et valorisation des Biens Culturels.
La famille des Biens Culturels est à présent conçue en tant que patrimoine diffusé et partagé, et inclut plusieurs catégories de biens incluant les biens traditionnellement considérés (archéologiques, architectoniques, artistiques, archivistiques et libraires) et les biens immatériels (traditions orales, arts performatives, pratiques sociales et rituelles etc.) jusqu’au plus complexe aspect du paysage culturel (avec référence au paysage urbain et à la sédimentation du construit historique, à la stratification des activités anthropiques sur l’environnement et la formation des paysages ruraux etc.). En outre, on est toujours de plus en plus conscients du fait que, notamment dans l’Aire Euro-Méditerranéenne, l’ensemble des Biens Culturels représente une ressource partagée, résultat de la médiation entre cultures différentes (qui ont engendré des combinaisons uniques et syncrétismes d’une immense valeur artistique et culturelle), et que, dans une société multiculturelle comme celle d’aujourd’hui, il soit en mesure d’engendrer des expression d’intégration culturelle et interculturalité. En outre, la mission n’est pas seulement celle de la valorisation, mais aussi celle de la conservation grâce à des instruments innovants y compris l’idée de mémoire numérique et de numérisation des patrimoines culturels à travers les langages informatiques et les nouveaux médias.
Etant données ces prémisses, la structure du parcours de formation a été conçue selon un ‘articulation à trois niveaux : 

  1. En premier lieu, il confère une solide formation de base dans les principales matières des humanités prévues par la fiche ministérielle (linguistiques-littéraires, historiques, démo-ethno-anthropologiques), qui fournissent à l’étudiant une suffisante maitrise des méthodes et contenus scientifiques généraux et qui sont indispensables pour aborder l’étude des activités caractérisant.
  2. En deuxième lieu, l’ample offre d’activités caractérisant vise à la formation de licenciés qui connaissent bien le grand éventail des biens culturels, matériels et immatériels, considérés tant par rapport à leur stratification diachronique (dès l’antiquité à l’ère contemporaine) que par rapport à leurs grande variété typologique, telle quelle est décrite dans la Convention concernant la Protection du Patrimoine Mondiale Culturel et Naturel (1972), dans la Convention Internationale pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (2003), toutes les deux adoptées par l’UNESCO et dans le Code des Biens Culturels et du Paysage (2004), conçu par le Ministère Italien pour le Biens et les Activités Culturelles.
  3. Avec l’offre d’activités similaires et intégratives, en fin, le parcours de formation vise à orienter les compétences fournies par les disciplines de base et caractérisant vers le développement di capacités professionnelles œuvrant dans une perspective moderne de tutelle, conservation et valorisation des biens culturels, formulées selon deux grands domaines :
    • D’une part, la mémoire numérique appliquée aux Patrimoines de l’Humanité, notamment la valorisation et la conservation du patrimoine à travers des outils innovants, en particulier les nouveaux langages web/GIS, les nouveaux médias et les outils d’archivage numérique du patrimoine culturel ;
    • De l’autre part, les langages et les code de médiations entre composantes culturelles de provenance historique et géographique hétérogène, c’est-à-dire l’interprétation des patrimoines culturels en tant que facteur stratégique d’intégration sociale aux fins de contribuer au dialogue interculturel et aux processus d’intégration dans le contexte d’une société multiculturelle.

Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels devra, en outre, avoir une bonne connaissance d’au moins une des langues de l’Union Européenne, outre l’italien, et devra être en mesure d’utiliser les principaux outils informatiques de gestion des données et de la communication télématique dans les secteurs spécifiques de compétence.
Le parcours d’études (idoine à aborder consciemment les choix des deux années de la maitrise) permet, par conséquent, de rejoindre des profils professionnels déjà clairs, en mesure de œuvrer  dans tous les premiers niveaux de tous les secteurs présents dans le cursus, avec une plus grande conscience pour les secteurs qui ont formé le parcours d’approfondissement sélectionné.

Résultats d’apprentissage attendus, formulés selon les Descripteurs Européens du Titre d’Etude (Décret Min. 16/03/2007, art. 3, alinéa 7)

Connaissances et capacités de compréhension (knowledge and understanding)

La finalité du cours est celle de former des étudiants capables d’autonomie dans l’étude, la recherche et l’application pratique des propres connaissances. A cet égard, ils devront développer des capacités d’analyse critique. Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels devra acquérir une compétence approfondie dans l’activité de recherche tout en ne connaissant les fondements principaux, en comprenant sa valeur et être en mesure d’employer les diverses méthodes et techniques d’étude et d’enquête selon une logique interdisciplinaire, selon deux grands secteurs : d’une part la mémoire numérique appliquée aux Patrimoines de l’Humanité, c’est-à-dire la valorisation et la conservation du patrimoine à travers des outils innovants, notamment les nouveaux médias, les langages web/GIS et les outils pour l’archivage numérique du patrimoine culturel (INF/01, ING-INF/05, SECS-S/02, SPS/08, ICAR/06); de l’autre part les langages et les codes de médiation entre cultures différentes et interculturalité (L-FIL-LET/14, M-FIL/05) c’est-à-dire l’interprétation critique des phénomènes d’échanges et les relations dans l’Aire Euro-Méditerranéenne qui on donné lieu à l’interaction et intégration entre les différentes composantes culturelles d’origine littéraire (L-FIL-LET/02, 04, 07, 10, 11), historique (M-STO/01, 02, 04), artistique (L-ART/01, 02, 03, 04, 07), archéologique (L-FIL-LET/01 et les activités de formation reliées au Secteurs Scientifique-Disciplinaires SSD L-ANT et L-OR) et géographique hétérogène.

Ces objectifs seront atteints à travers : a. didactique basée sur la distribution des cours (leçons vidéo; exercices); b. didactique interactive (systèmes dei chat, forums, wikis et avec les classes interactives et sur Second Life); c. activité d’auto-apprentissage. Le caractère interactif de ces activités permettra aux professeurs de contrôler progressivement le développement des connaissances et l’acquisition de méthodes d’analyse de la part d’étudiants, sans en remettre le contrôle aux seuls examens. La multiplicité des disciplines qui caractérise le cours de licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels permettra au licencié d’identifier les points de contact entre les divers aspects du patrimoine culturel et d’aborder des problèmes reliés au propre champ d’intérêt avec une ouverture et une conscience des possibilités d’interaction avec autres champs du savoir.

Capacités d’application des connaissances et compréhension (applying knowledge and understanding)

Les étudiants acquerront des capacités analytiques et des outils historiques-critiques qui leur permettront d’aborder d’une manière autonome et avec une approche interdisciplinaire les thème et le problèmes traités. Le licenciés en Conservation et Valorisation des Biens Culturels auront acquis :

  • la capacité d’appliquer d’une manière critique à des cas concrets et spécifiques les instruments méthodologiques théoriques appris ;
  • la capacité de poursuivre ses propres études dans un nouveaux cours de maitrise ou dans un outre cours de mise à niveau professionnel, après avoir acquis une bonne connaissance des institutions de référence des secteurs spécifiques ; 
  • la capacité d’organiser et de poursuivre un projet d’étude et de recherche sur les biens culturels, soit qu’il s’agit d’œuvres d’art (peinture, sculpture, architecture), biens immatériels (traditions orales, arts performatives), paysages culturels (paysages urbains, paysages ruraux, contextes historiques stratifiés) et d’opérer dans les champ de la tutelle, documentation, conservation et valorisation des biens culturels étant en mesure d’appliquer les compétences acquises.
  • La capacité d’appliquer habilités informatiques de base (systèmes opérationnels, traitement de textes, tableurs, emploi des bases de données, emploi de l’Internet) et de logiciels spécifiques appliqués aux biens culturels ; et ainsi la compétences dans la gestion des informations, y compris celles qu’on peut obtenir par des recherches en ligne (bases de données, big data).

Ces qualités pourront être développées, en particulier, à travers l’emploi di cas d’étude (illustrés dans le cadre des activités de la didactique interactive avec les professeurs-tuteurs), pour guider les étudiants vers une approche disciplinaire correcte.

Autonomie de jugement (making judgements)

Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels devra être en mesure de gérer les connaissances acquises pendant le cours pour participer à la programmation et à l’évaluation d’interventions de sauvegarde, gestion, valorisation et communication des biens culturels avec des capacités critiques dans l’évaluation et dans les jugements et étant disponible à la collaboration interdisciplinaire. Le licencié devra être en mesure d’élaborer une capacité critique ciblée  à :

  • L’expression de jugements sur les principaux thèmes historiques-artistiques, archéologiques, littéraires et au correcte emploi des sources pour la recherche et l’analyse des différents contextes historiques ;
  • L’identification des questions plus importantes pour une gestion informée des problèmes reliés aux politiques culturelles et interculturelles sur la base des différents contextes sociaux et économiques ;
  • L’expression de jugements sur les implications culturelles, méthodologiques, pratiques et d’organisation des événements culturels dans le contexte de la valorisation du patrimoine matériel et immatériel ;
  • L’insertion dans un contexte historique, l’évaluation et l’analyse de cas concrets et spécifiques de tutelle du patrimoine culturel.

L’autonomie de jugement sera acquise à travers un rapprochement direct et comparatif de documents, sources historiques-artistique et archéologiques, textes et cas d’étude offerts par la didactique basée sur la distribution de cours et acquises par l’étudiant dans la phase d’auto-apprentissage.

Capacités de communication (communication skills)

Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels, à la fin du cours d’étude, doit avoir acquis et développé :

  • Habilités dans l’élaboration et la communication en contextes différenciés de thèmes et problèmes concernant les champs spécifiques des biens culturels identifiables à l’intérieur du parcours d’étude ;
  • Habilités informatiques qui lui permettent d’évaluer la cohérence des instruments à utiliser pour rejoindre les objectifs professionnels ;
  • La capacité d’utiliser un langage disciplinaire spécifique pour diffuser connaissances et résultats reliés à la recherche historique, artistique, archéologique, littéraire tant su des thématiques spécifiques que celles visées à un public non spécialisé utilisant des compétences informatiques et télématiques ;
  • La capacité de partager ses propres compétences et exprimer ses propres habilités professionnelles avec les sujets avec lesquels il collabore, avec les institutions publiques et privées et avec les bénéficiaires des activités culturelles (écoles, musées, agences, entreprises).

Ces capacités seront développées tant dans le cadre de la didactique basée sur la distribution des cours que dans celle interactive (systèmes de chats, forums, wikis et avec les classe interactives sur Web et sur Second Life). Les habilités de communication seront, en outre, vérifiées à travers le déroulement d’examens, dans la discussion de cas concrets et dans la rédaction de l’examen final. A travers ces sessions de contrôle le licencié devra démontré d’être en mesure de communiquer avec clarté tant en forme écrite que orale.

Capacités d’apprentissage (learning skills)

Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels, à la fin du cours d’étude, aura acquis et développé des habilités d’apprentissage et des capacité d’étude qui lui permettront d’accéder à des ultérieurs niveaux d’étude. La Licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels devra permettre au licencié de :   

  • Etre en mesure de planifier et de présenter des projets d’exposition, d’initiatives, de recherches s’occupant également des aspects d’organisation reliés aux biens culturels, dans le cadre des diverses institutions culturelles, italiennes et étrangères même en utilisant les moyens de la communication de masse et les nouveaux médias en ligne ; présenter en formes techniques organisées les contenus spécialisés dans le cadre de situations communicationnelles ;
  • Etre en mesure de se confronter et de collaborer avec les autres ayant développé une aptitude à la discussion constructive.

Ces habilités communicatives seront acquises principalement tant dans le cadre de la didactique basée sur la distribution des cours (leçons vidéo, exercices) que dans celle interactive (systèmes de chat, forums, wikis et avec les classes interactives Web et sur Second Life), qu’à travers le déroulement des examens.

Connaissances requises à l’accès

Pour être admis au cours de licence les étudiants doivent posséder un diplôme d’école secondaire supérieur quinquennal ou autre titre d’étude obtenu à l’étranger, reconnu idoine. Les étudiants possédant le seule diplôme d’école supérieure de durée quadriennale, devront obligatoirement récupérer le débit de formation assigné. Pour l’admission au cours de licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels est requise également une idoine éducation de base incluant les compétences linguistiques et les connaissances culturelles normalement acquises dans les lycées et les instituts d’école moyenne supérieure avec parcours dans les humanités, notamment avec des idoines connaissances dans le champ historique et littéraire. La formation initiale des étudiants sera vérifiée selon les modalités prévues par le Règlement Didactique du Cours de Licence. Le contrôle des connaissances initiales requises à lieu par l’administration d’un test obligatoire, non sélectif, qui vise principalement à orienter l’étudiant dans le choix du cours d’études.

Le test est administré à distance aux nouveaux immatriculés au moment de l’inscription au cours d’études.

Les questions comprises dans le test traiteront les sujets prévus par le programme du cours d’études, notamment en ce qui concerne le champ historique et littéraire. Les éventuelles obligations de formation supplémentaires (OFS) découlant des lacunes dans les susmentionnées connaissances seront comblées pendant la première année du cours selon les modalités établies par le Règlement susmentionné.

Caractéristiques de l’examen final

La licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels est obtenue après avoir passé l’examen final équivalent à 6 crédits ECTS qui implique la préparation d’une dissertation cohérente avec le cursus de formation et les possibilités d’emploi. La dissertation consiste, normalement, dans une analyse, commentaire et cadrage selon les méthodologies propres du secteur disciplinaire de référence d’artefacts, singles œuvres ou groupes d’œuvres, passages de textes critiques ou d’un texte ou d’une collection de textes littéraires, historiques-documentaires, historiographiques, concernant secteurs archéologiques, historiques-artistiques et plus en général du patrimoine culturel. La dissertation pourra prendre la forme d’un outil descriptif d’un cas d’étude, utilisant le patrimoine d’information plus à jour ou bien retracer la consolidation de l’état de l’art ; ou bien pourra être le résultat d’une recherche originale, nécessairement d’une consistance et engagement appropriés aux objectifs du cursus triennal, et en tous cas complétée avec rigueur formelle et méthodologique en cohérence avec le parcours choisi. Ce travail se déroulera sous la supervision d’un rapporteur ; sera évalué par une spéciale commission et discuté par l’étudiant à la présence de la dite  commission.

Fonctions dans un contexte de travail et débouchés professionnelles

Opérateur et expert en Patrimoines et Paysages Culturels : Langages et Codes de la Médiation

Le cours de licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels forme des profils professionnels en mesure d’œuvrer aux divers niveaux de recherche, étude, conservation, tutelle, gestion et valorisation du patrimoine culturel. Le secteur des biens culturels est extraordinairement étendu et présente un ample éventail de possibles applications professionnelles ; au même temps il requiert, dans la situation actuelle, des profils flexibles et doués de grandes compétences.

Le profil Opérateur et Expert en Patrimoines et Paysage Culturels: Langages et Codes de la Médiation, en ligne avec les nouvelles exigences du marché du travail en champ culturel au niveau européen et extra-européen, déroule, dans le cadre de la médiation entre contextes culturels différents, les fonctions suivantes:

  • Collabore à la conception d’initiatives, activités et événements visés à la valorisation et promotion du secteur des biens culturels, avec un ‘attention spéciale aux diversités culturelles ;
  • Collabore à la diffusion, rapprochement et éducation dans le secteur des biens culturels, développant et réalisant des interventions spécifiques par rapport à groups distincts de destinataires selon une perspective de dialogue interculturel ;
  • Déroule l’activité d’opérateur et expert ayant des compétences historiques-artistiques et historique-territoriales et de marketing spécifiques pour agences et entreprises touristiques, collaborant à la conception de parcours inspirés à l’interaction entre les diverses composantes culturelles d’un territoire ;
  • Participe directement à la gestion des activités courantes dans le secteur des biens culturels qui se développent dans des régions spécifiques.

Le diplômé du cours de licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels aura acquis une solide préparation dans les disciplines des humanités à caractère linguistique-littéraire, historique, archéologique et historique-artistique, démo-ethno-anthropologique qui lui permettront de continuer les études dans un cours de maitrise ou dans un autre cours de mise à niveau professionnel.
Le licencié, en outre, aura acquis des compétences spécifiques dans le champ de la médiation entre cultures différentes. Dans ce cadre, à partir de l’idée de patrimoine culturel en tant qu’instrument de cohésion et de dialogue, le licencié sera en mesure de comprendre et d’interpréter les connexions entre cultures et langages différents et d’opérer dans le secteur de la conservation et valorisation du paysage culturel dans son ensemble et en comprendre la valeur pour les communautés selon la perspective du dialogue interculturel. Le licencié possède :

  • les compétences pour la conservation et la classification du patrimoine historique, artistique de provenance historique et géographique hétérogène ;
  • les compétences en matière de paysage culturels et paysage historique urbain ;
  • la préparation méthodologique et technique pour la valorisation et la promotion des biens et des activités culturelles dans un perspective d’interculturalité ;
  • les compétences et les outils pour la conception et l’évaluation d’ initiatives en partenariat interinstitutionnel école-musée-territoire dans le cadre de l’éducation au patrimoine selon une perspective interculturelle ;
  • les connaissances appropriées pour assurer des consultations aux organismes publiques et privés qui déroulent des activités avec un impact sur les divers secteurs des biens culturels.

Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels sera en mesure de dérouler des activités professionnelles auprès d’institutions publiques, agences locales, fondations et entreprises privées œuvrant dans le secteur de la tutelle, de la gestion, de la valorisation, de l’utilisation du patrimoine artistique et culturel comme musées, bibliothèques, archives, galeries et centre d’exposition. En particulier, il pourra collaborer aux activités des musées et des expositions, utilisation et gestion du patrimoine historique-artistique ; œuvrer dans le cadre des nouvelles collections et archives photos et médias ; travailler dans le monde des maisons d’édition et du marché de l’art ; travailler dans le secteur du tourisme culturel tant à travers le concours pour guide touristique que le recrutement auprès d’agences ou autres organisations et agences qui s’occupent de l’utilisation des biens culturels ; travailler dans le cadre d’activités éditoriales traditionnelles, multimédias et télématiques et d’institutions et entreprises intéressées au patrimoine artistiques à divers titres.

L’accès aux activités professionnelles dans des agences publiques, nationales et internationales, est réglé par des normes communautaires, nationales ou régionales, et par conséquent les diplômés pourront y accéder seulement après avoir complété et passé le cours prévus. Le cours de licence triennale représente le point de départ pour ceux qui souhaitent continuer les études et il est la prémisse indispensable pour l’accès aux cours de maitrise compris dans les secteurs historique, historique-artistique, archéologique, géographique etc. selon les modalités prévues par les règlements didactiques respectifs.

Opérateur et Expert en Patrimoines Culturels et Mémoire Numérique

Le cours de licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels forme des profils professionnels en mesure d’œuvrer aux divers niveaux de recherche, étude, conservation, tutelle, gestion et valorisation du patrimoine culturel. Le secteur des biens culturels est extraordinairement étendu et présente un ample éventail de possibles applications professionnelles ; au même temps il requiert, dans la situation actuelle, des profils professionnels diversifiés et spécialisés, mais surtout des profils doués de compétences approfondies et innovantes. Le profil d’ Opérateur et Expert en Patrimoines Culturels et Mémoire Numérique, en ligne avec les nouveaux développements du marché du travail en champs culturel au niveau européen, notamment par rapport au thème de la numérisation du patrimoine culturel aux fins de la conservation et valorisation, déroule les fonctions suivantes :

  • Collabore à la conception d’initiatives, activités et événements visés à la valorisation et promotion du secteur des biens culturels ;
  • Prépare des matériels d’information et de promotion, organise des événements de promotion e diffusion des biens culturels sur différents types de médias numériques ;
  • Déroule l’activité d’opérateur ayant des compétences historiques-artistiques et historique-territoriales pour agences et entreprises touristiques, collaborant à la conception de projets de connaissance et de valorisation ;
  • Contribue aux activité de conservation, documentation, archivage et recherche documentaire et bibliographique, utilisant les outils des nouvelles technologies numériques.

Le diplômé du cours de licence en Conservation et Valorisation des Biens Culturels aura acquis une solide préparation dans les disciplines des humanités à caractère linguistique-littéraire, historique, archéologique et historique-artistique, démo-ethno-anthropologique qui lui permettront de continuer les études dans un cours de maitrise ou dans un autre cours de mise à niveau professionnel.

Le licencié, en outre, aura acquis des compétences spécifiques dans le champ de la numérisation du patrimoine culturel ; il sera en mesure d’utiliser les langages web*/GIS et les plateformes d’archivage numérique du patrimoine culturel, de gestion des open data et de les appliquer dans la conservation, transmission et diffusion du patrimoine. Dans ce cadre le licencié possède :

  • les compétences pour la conservation et la classification du patrimoine historique, artistique, documentaire même en utilisant les principaux outils informatiques de gestion des données ;
  • la préparation méthodologique et technique pour la valorisation et la promotion des biens et des activités culturelles à travers les technologies informatiques ;

Le licencié en Conservation et Valorisation des Biens Culturels sera en mesure de dérouler des activités professionnelles auprès d’institutions publiques, agences locales, fondations et entreprises privées œuvrant dans le secteur de la tutelle, de la gestion, de la valorisation, de l’utilisation du patrimoine artistique et culturel comme musées, bibliothèques, archives, galeries et centre d’exposition. En particulier, il pourra collaborer aux activités des musées et des expositions, utilisation et gestion du patrimoine historique-artistique ; œuvrer dans le cadre des nouvelles collections et archives photos et médias ; travailler dans le monde des maisons d’édition et du marché de l’art ; travailler dans le secteur du tourisme culturel tant à travers le concours pour guide touristique que le recrutement auprès d’agences ou autres organisations et agences qui s’occupent de l’utilisation des biens culturels ; travailler dans le cadre d’activités éditoriales traditionnelles, multimédias et télématiques et d’institutions et entreprises intéressées au patrimoine artistiques à divers titres.

L’accès aux activités professionnelles dans des agences publiques, nationales et internationales, est réglé par des normes communautaires, nationales ou régionales, et par conséquent les diplômés pourront y accéder seulement après avoir complété et passé le cours prévus. Le cours de licence triennale représente le point de départ pour ceux qui souhaitent continuer les études et il est la prémisse indispensable pour l’accès aux cours de maitrise compris dans les secteurs historique, historique-artistique, archéologique, géographique etc. selon les modalités prévues par les règlements didactiques respectifs.

Siège de l'Université

Corso Vittorio Emanuele II, 39
00186 Roma - ITALIA
C.F.: 97394340588
P.IVA: 13937651001

Certified mail

info@pec.uninettunouniversity.net

Secrétariat des Etudiants

tel: +39 06 692076.70
tel: +39 06 692076.71
e-mail: info@uninettunouniversity.net

Vidéoconférence

Library 1st floor: 90.147.90.157
Meeting Room 5th floor: 90.147.90.158

Avez-vous besoin d’informations plus détaillées?

Donnez-nous vos données


Demandez des informations